Corvette décapotable rouge sur rouge de 1968 restaurée à son état d’origine

La Corvette 1968 était un modèle révolutionnaire.

Le Pick of the Day semble prêt pour le plaisir du haut vers le bas
« Tous différents, partout. » Tel était le slogan marketing de la Corvette 1968, qui s’éloignait nettement des deux premières générations de voitures de sport Chevrolet en fibre de verre.

Le style swoopy était d’un aérodynamisme exaltant, une interprétation épurée du concept-car Mako Shark. Les phares cachés ont été placés au ras du bas du train avant, et ses ailes se sont agrandies agressivement sur les pneus larges.

Bien qu’elle ait d’abord suscité une certaine controverse, la Vette 68 suscite aujourd’hui le respect pour une conception tout aussi révolutionnaire que celle de la Sting Ray originale dévoilée cinq ans plus tôt. Et nous voici à l’aube d’une toute nouvelle Corvette à moteur central pour 2020, une autre rupture avec le passé.

Le choix du jour est une Chevrolet Corvette 1968 rouge sur rouge décapotable avec un toit blanc, qui a été complètement restauré, selon le Monroe, Caroline du Nord, propriétaire privé annonçant la voiture sur ClassicCars.com.

Le cabriolet a parcouru 15 000 milles depuis sa  » restauration totale « , dit le vendeur, avec un V8 reconstruit de 327/350 chevaux équipé d’une came de levage et relié à une boîte manuelle à 4 rapports et à un arrière Positraction.

Bien que certains amateurs de muscle-car puissent aspirer à la puissance des gros blocs, ce groupe motopropulseur est la configuration idéale pour profiter de l’équilibre sportif et de la maniabilité de la voiture. Et 350 chevaux-vapeur devraient suffire pour tout ce qui se trouve de ce côté de la piste.

À l’époque, j’avais un colocataire avec une décapotable de 68 avec une 327 et une 4 vitesses, que je pouvais parfois conduire. C’était une voiture de sport géniale qui était presque trop amusante. Et toujours un tourneur de tête avec beaucoup de sex-appeal.

Cette Vette est numéro 387 sur les 28 500 construites pour l’année modèle 1968, selon le vendeur, ce qui en fait l’une des premières itérations C3. Tous les chiffres correspondent à la feuille de construction de l’usine, dit le vendeur.

La voiture semble être en excellent état sur les photos avec l’annonce, et debout sur ce qui semble être des roues de type original. C’est très agréable de voir une Corvette aussi originale qui n’a pas été mise à jour ou personnalisée, et elle semble prête à être présentée lors de la prochaine édition des Corvettes de Carlisle.

Le prix demandé de 30 000 $ semble tout à fait raisonnable pour un exemple apparemment excellent de la Corvette rouge proverbiale.