Voici une Lincoln Continental Cabriolet à 6 700 $ (hors frais d’importation) pour sublimer votre art dans la restauration automobile

Le choix du jour est une Lincoln Continental décapotable 1967

Donc, vous pensez être prêt à entreprendre un projet de restauration de voitures classiques. Eh bien, tu devrais peut-être considérer le Choix du jour. Il s’agit d’une Lincoln Continental 1967, un cabriolet classique à porte suicidaire, avec un moteur V8 462cid Police Interceptor sous le capot. Le prix n’est que de 6 700 $.

« C’est la dernière année qu’ils ont fait le Continental Cabriolet et il a le plus gros moteur de toutes les années, » dit le propriétaire de la voiture et le vendeur privé dans l’annonce sur ClassicCars.com.

Comme si la voiture elle-même n’était pas assez rare, avec son gros moteur, le vendeur ajoute : « Celle-ci a des vitres latérales électriques, ce qui est une caractéristique rare ».

Cependant, il y a une raison pour le prix demandé à 4 chiffres.

« Le dessus ne fonctionne pas correctement car la barre en Z est cassée. Tous les moteurs supérieurs fonctionnent autrement. Le meilleur vinyle a été tourné. Les coupe-froid sont abattus. Les moteurs du couvercle du coffre et du couvre-tonneau fonctionnent et fonctionnent correctement.

« Le cuir est abattu, fendu en plusieurs endroits. La moquette est en train de s’effondrer dans certaines régions. Le tableau de bord est fissuré au niveau de l’évent. Le rétroviseur s’est détaché de la vitre et est cassé. Toutes les vitres électriques fonctionnent, y compris les vitres latérales. L’interrupteur des phares ne fonctionne pas correctement. La radio d’origine fonctionne mais pas la fonction de lecteur 8 pistes. L’antenne de puissance fonctionne.

« Taches de rouille et peinture oxydée à divers endroits. Le panneau arrière droit est endommagé. Voir les photos pour plus de détails.

« Le moteur va tourner et peut être démarré mais ne fonctionnera pas bien car il surchauffe, je crois que c’est parce que la pompe à eau a lâché. La pompe à carburant n’est pas de stock. Le câble du compteur de vitesse est cassé. Le soufflet du régulateur de vitesse est cassé. La climatisation ne fonctionne pas. Il manque un carénage de radiateur et le ventilateur d’origine a été remplacé par un ventilateur électrique. L’échappement n’est pas de stock. »

Le vendeur est le troisième propriétaire de la voiture et en est propriétaire depuis environ 20 ans.

« J’ai mis une nouvelle transmission dans la voiture et j’ai remplacé le toit une fois. J’ai fait installer une alarme et un autoradio au début des deux mille, l’alarme est branchée au sommet pour qu’elle puisse être abaissée à distance. La chaîne stéréo et l’alarme ont été déconnectées depuis. Les serrures à vide ont été enlevées et remplacées par des serrures à solénoïde (également câblées à l’alarme).

« La voiture a eu un accident en 2006, la calandre avant, le pare-chocs, les phares, les panneaux de carrosserie et le radiateur ont été reconstruits et/ou remplacés. L’atelier de carrosserie a fait un travail bon marché sur la peinture et je crois qu’ils ont bouché les trous de drainage, ce qui cause une bonne partie de la rouille que l’on voit maintenant sur la voiture. »

La voiture est à Los Angeles est livrée avec « une boîte de pièces détachées » ainsi qu’un manuel d’atelier.

Oui, ce serait un projet pour faire tout le travail nécessaire. D’un autre côté, si vous avez les compétences et les outils nécessaires, vous pourriez vous retrouver avec un vrai croiseur de boulevard, qu’il s’agisse de le restaurer dans sa forme originale, d’en faire un restomod personnalisé ou un lowrider way-cool.

Cette Lincoln Continental Cabriolet à restaurer vous intéresse ?

Source : classiccars.com

Auteur : Larry Edsall